Gamezik

Le Temps d’un Crépuscule : Chapitre 20

L’après-midi de ce même jour, à la taverne, le Héros du Temps et Sheik préparaient toujours leur expédition. Thelma était allée en ville pour en apprendre davantage sur le sort de Link.

En la voyant entrer dans la salle de réunion, ils comprirent que les nouvelles n’étaient pas bonnes. Elle était accompagnée d’un jeune homme blond aux yeux verts portant la traditionnelle tenue des gardes du château.

« Je vous présente Corentin. Il a des nouvelles de Link. »

Ils l’invitèrent à s’asseoir.

« N’est-ce pas un peu risqué pour vous de venir jusqu’ici, lui demanda le Héros du Temps.

— Non, je fréquente cet établissement depuis que je suis entré en fonction. Ça ne surprendra personne. Mes collègues pensent que j’ai une aventure avec Thelma.

— Vous avez des nouvelles de notre ami ?

— Cela fait plusieurs jours maintenant que je suis chargé de lui apporter ses repas. J’ai donc pu le voir.

— Comment va-t-il ?

— Aussi bien que possible, au vu des circonstances. Avec le commandant, nous sommes les seules personnes qu’il voit. Malheureusement, je n’ai pas le droit de lui parler et mon chef me surveille étroitement lorsque je suis dans sa cellule, mais je l’observe.

— Que pouvez-vous nous dire de plus sur son état ?

— Il ne mange pas beaucoup, ce qui peut se comprendre quand on voit le pain rassis qui lui est destiné. Le découragement est en train de l’envahir !

— Ce n’est pas bon, ça !

— Ce matin, il a tenté de s’enfuir en profitant du fait que les soldats venaient le chercher pour l’emmener à son audience.

— Il a échoué, c’est ça ?

— Oui ! Comme je l’avais expliqué à Thelma, la disposition des lieux ne lui permettra pas de s’échapper. De plus, le commandant avait prévu sa tentative et pris ses précautions. Il a pu sortir de sa cellule, mais a été arrêté par les gardes dans le couloir. Ses chances étaient minces…

— Ce qui veut dire que l’espoir ne l’a pas complètement quitté. De plus, il ne manque pas de bravoure. »

En disant cela, le Héros du Temps jeta un coup d’œil à sa main gauche où se trouvait le symbole de la Triforce du Courage, marque que Link possédait également. Puis il reprit :

« De quoi est-il accusé exactement ?

— D’avoir commis plusieurs délits à l’encontre des habitants : vol, coups et blessures. Le plus grave est cette histoire d’évasion. Les soldats qui gardaient les prisonniers affirment l’avoir vu en train de les faire sortir de leurs cellules.

— A quel moment cette fuite s’est-elle produite ?

— Le jour où devait avoir lieu la Fête du Triomphe, en fin d’après-midi, juste avant que la princesse ne rentre pour annuler la réception.

— Nous étions encore à la clairière à ce moment-là et il était avec nous.

— Je n’ai jamais douté de son innocence. J’imagine que quelqu’un a voulu le faire accuser, mais j’ignore dans quel but. »

Le Héros du Temps se tut. Il cherchait à comprendre comment une personne avait pu se faire passer pour Link. Corentin reprit la parole.

« Tous les soldats croient qu’il a commis ces crimes et les habitants de la ville aussi. Ils ont tous témoigné contre lui pendant le jugement.

— Le verdict a-t-il été rendu ?

— Oui !

— J’imagine que ce n’est pas bon pour lui.

— Non, il a été reconnu coupable à la majorité des voix et condamné à mort. »

Le silence se fit dans la salle. Le héros du Temps et Sheik s’attendaient à cette sentence, mais Thelma était sous le choc. Elle avait gardé l’espoir qu’il s’agissait d’une erreur. Après leur avoir laissé quelques minutes pour encaisser la nouvelle, Corentin reprit.

« Ils comptent rendre public le châtiment en fin d’après-midi ! Le Premier Ministre a organisé un communiqué pour l’annoncer officiellement au peuple en sa présence. Je crois qu’il veut le mettre face à la haine des Hyliens.

— Donc, ils vont le sortir de sa prison.

— Oui, mais ce n’est pas tout. J’ai entendu le Premier Ministre et le commandant Vernarte parler de ce qu’ils lui réservaient.

— Que vont-ils lui faire ?

— Sa condamnation à mort ne concerne que l’évasion. Pour tous les autres délits commis, il y aura d’autres châtiments et ils comptent commencer à les appliquer dès cet après-midi.

— Ont-ils donné une date pour l’exécution ?

— Non, je crois qu’ils veulent attendre d’avoir pris ses complices. Je ne pense pas me tromper en imaginant qu’il s’agit de vous !

— Effectivement, nous sommes bien concernés, mais comment ont-ils su que nous étions là ? Je ne pense pas que Link leur ait parlé de nous. Nous devrons désormais redoubler de prudence.

— Si vous désirez tenter quelque chose pour l’aider, je ne saurais que vous conseiller d’agir rapidement. Le châtiment qu’ils lui réservent risque de l’affaiblir, sans oublier qu’il ne se nourrit pas suffisamment.

— Nous agirons bientôt, mais pour ta propre sécurité, tu dois ignorer quand.

— Je comprends. De mon côté, je verrais ce que je peux faire pour lui.

— Une chose encore, vous travaillez sous les ordres du commandant Vernarte, n’est-ce pas ?

— En effet, pourquoi cette question ?

— Thelma nous a dit qu’il détestait Link. Etiez-vous au courant ?

— Non, je l’ignorais, mais cela peut expliquer pas mal de choses. Des bruits courent à son sujet parmi les soldats. Le commandant aurait été arrêté en tant que complice de Ganondorf, puis innocenté. Toujours d’après les rumeurs, il aurait obtenu ce poste en réparation du préjudice subi. C’est Link qui avait été chargé de la poursuite de ceux qui avaient aidé le tyran.

— Vous voulez dire qu’il le rendrait responsable de son incarcération ?

— C’est une possibilité. Je n’en sais pas plus. Si vous voulez en apprendre davantage sur cette mission, vous devrez interroger Link quand vous l’aurez sauvé. »

Il se leva. Le Héros du Temps en fit de même et lui serra la main.

« Merci beaucoup ! Vous prenez de gros risques pour nous.

— J’ai beaucoup d’admiration pour lui. Je ne peux accepter qu’il soit victime d’une erreur judiciaire. Vous semblez avoir énormément de courage, vous aussi. Thelma m’avait parlé de votre ressemblance physique, mais elle était loin de la vérité. Vous avez également la même force morale. Bonne chance ! J’espère sincèrement que vous pourrez le sauver. »

Il salua et sortit. La porte qui menait vers les chambres s’ouvrit et Iria entra dans la pièce. Son teint était pâle. Thelma s’inquiéta. Qu’avait-elle entendu exactement ? La tenancière s’approcha de la jeune fille et l’aida à venir s’asseoir.

« Depuis combien de temps es-tu derrière la porte ?

— Un moment. Je vous ai entendu parler de Link. Je voulais avoir de ses nouvelles. »

Le Héros du Temps échangea un regard avec Sheik. Ils n’avaient pas pensé à aller voir où elle se trouvait.

« Qu’as-tu appris, lui demanda-t-il avec douceur.

— Je sais qu’il a été condamné à mort. »

Le calme de la jeune fille était inquiétant. Thelma tenta de la faire parler.

« Comment te sens-tu ?

— Ça va ! Je voudrais en savoir plus. Que vous a-t-il dit ? Comment va Link ?

— Bien ! Enfin aussi bien qu’on peut aller quand on se trouve dans sa situation.

— Est-ce qu’ils lui ont fait du mal ?

— Non, il a juste été enfermé dans une des cellules de la prison du palais.

— Si j’ai bien compris, ils veulent le faire sortir cet après-midi. Je veux y aller.

— Ce n’est pas une bonne idée, affirma le Héros du Temps.

— Pourquoi, lui demanda-t-elle, pourquoi veux-tu m’empêcher d’aller le voir ?

— Penses-tu réellement qu’ils te laisseront t’approcher de lui ? Comme tu as du l’entendre, il s’agit de lui faire subir un châtiment, je ne crois pas que tu puisses supporter de voir ça. Pour lui, ce serait mieux que tu n’y assistes pas. »

Les larmes commençaient à couler sur ses joues.

« Je veux le voir !

— Je comprends, murmura Thelma, c’est normal que tu en aies envie, mais c’est dangereux.

— Laisse-nous nous occuper de te le ramener, ajouta Sheik. »

Iria se leva. Elle avait l’impression de faire un cauchemar. Son ami, qui avait risqué sa vie pour sauver le royaume, avait été condamné à la peine capitale pour un crime qu’il n’avait pas commis. Les larmes coulaient le long de ses joues. La jeune fille fit quelques pas en direction du couloir qui menait aux chambres et s’écroula inconsciente.

Thelma s’adressa au Héros du Temps.

« Peux-tu la porter sur son lit ?

— Je m’en occupe !

— Rejoins-nous dès que possible. J’ai encore une chose importante à vous dire. J’irai m’occuper d’elle un peu plus tard. »

Le Héros du Temps acquiesça, prit délicatement la jeune fille dans ses bras et disparut derrière la porte du couloir. Quand il revint, Thelma et Sheik étaient déjà en pleine conversation.

« Qu’avais-tu de si important à nous dire ?

— Iria est recherchée en tant que complice de Link. Une forte récompense a été promise à toute personne qui donnerait des renseignements permettant sa capture.

— C’était à prévoir !

— Pourquoi s’en prendre à elle ?

— Toute cette histoire est un coup monté, tu le sais. Ganondorf connait les sentiments de Link pour elle et s’en est déjà servi contre lui. Il veut probablement l’atteindre à travers son ami. C’est aussi pour ça qu’Iria ne doit pas se rendre au rassemblement !

— Que comptez-vous faire à présent ?

— Pour commencer, il faudrait que l’un d’entre nous se rende à cette présentation. Nous en apprendrons peut-être un peu plus sur les intentions de notre ennemi vis-à-vis de Link.

— Je peux y aller si tu veux, ajouta-t-elle.

— Te sens-tu capable de le regarder être battu, lui demanda Sheik. Je sais que tu es très proche de lui et que tu veux l’aider, mais nous avons besoin de quelqu’un qui ne se laissera pas impressionner ! D’autant plus que si une occasion se présente à ce moment-là, il faudra la saisir ! »

Elle ne répondit pas.

« Je vais y aller, reprit le Héros du Temps. J’ai besoin d’un vêtement sous lequel je pourrais me dissimuler.

— J’ai ce qu’il te faut. »

Elle se leva et revint avec un long manteau muni d’une capuche. Elle le donna au Héros du Temps qui l’essaya. Il lui allait à la perfection.

« C’est celui de Link, dit-elle avec un sanglot dans la voix. Il l’avait oublié ici.

— J’en prendrais soin et je le lui rendrais. »

Thelma acquiesça. Soudain, un claquement de porte se fit entendre. Ils sursautèrent et se regardèrent.

« Iria, dirent-ils tous en même temps.

— La porte qui est au fond du couloir des chambres, ajouta Thelma. Elle donne sur une petite cour. »

Ils se levèrent et coururent en direction de la chambre de la jeune fille. Celle-ci était vide. Elle était partie.

« Où peut-elle être allée, demanda Thelma.

— Probablement sur le lieu de rassemblement. Il devrait avoir lieu dans quelques minutes.

— Si quelqu’un la reconnait, elle risque d’être arrêtée, ajouta Sheik.

— Nous devons la retrouver avant qu’il ne soit trop tard ! J’y vais. »

Le Héros du Temps enfila le manteau et s’apprêtait à sortir quand Sheik le retint.

« Fais attention à toi !

— Ne t’inquiète pas ! J’ai promis à Link de veiller sur elle et c’est ce que je vais faire. »

Il sortit pour essayer de rattraper Iria. Sheik le regarda quitter la pièce puis se tourna vers Thelma.

« Je vais le suivre en passant par les toits. Je n’aime pas les savoir tous les deux dehors. »

Il disparut à son tour par la porte de derrière. Thelma resta seule, en proie à l’inquiétude. Et s’ils se faisaient prendre tous les trois ? Elle n’aurait jamais dû laisser Iria sans surveillance dans l’état où elle était. La tenancière avait commis une erreur.

Articles similaires :

Ajoutez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.