Gamezik

Le Temps d’un Crépuscule : Chapitre 14

Le Héros du Temps se précipita vers Link, dont la cheville était toujours coincée. Avec l’aide de la princesse, il parvint à libérer le jeune homme et l’aida à se remettre debout.

« Merci, tu m’as sauvé la vie.

–  Tu aurais fait pareil si les rôles avaient été inversés. »

À ce moment précis, les vainqueurs entendirent un rire dans leur dos. Ils se retournèrent vers l’endroit où était couché leur ennemi. À la place de Ganondorf se trouvait un spectre. Celui-ci avait la forme d’un homme de forte corpulence, mais sa peau était transparente. De longs cheveux noirs entouraient son visage. Il flottait au-dessus du sol et les regardait avec ses yeux sombres pleins de haine, un sourire mauvais sur les lèvres.

« Vous pensiez avoir vaincu le Seigneur des Ténèbres ? Eh bien, vous avez tort. Mon maître est parti et a rejoint ton monde. Il veut retrouver ton amie et lui régler son compte. »

La réaction de Link ne se fit pas attendre, il se précipita vers celui qui venait de parler, ignorant la douleur de son pied. Celle-ci le faisait dangereusement boiter. Le jeune homme tenta de l’attraper par le cou, afin de le faire parler.

Il voulait surtout lui faire ravaler ce sourire qui le rendait fou de rage, mais sa main ne réussit qu’à passer à travers son corps sans substance. Le Héros du Crépuscule, déséquilibré, s’écroula de l’autre côté. Dans sa chute, son épaule percuta le sol avec violence et sa cheville se tordit de plus belle.

Il était incapable de se relever. La princesse se précipita pour lui venir en aide pendant que le Héros du Temps s’adressait au spectre.

« Que veux-tu dire ?

–  Depuis le début, mon maître avait dans l’idée d’aller faire un tour dans le monde de ce gamin, une fois qu’il serait en possession de la Triforce. Son but ultime était de contrôler le monde entier et bien plus encore. »

Il désigna Link avant de poursuivre.

« Ganondorf voulait utiliser ce pantin pour mettre un terme à ta quête, Héros du Temps, mais pas seulement. »

En entendant ces paroles offensantes, Link voulut se relever, mais il ne le put. La princesse tenta de l’apaiser. Elle était consciente qu’entendre ça était difficile pour lui, mais ils devaient savoir où était leur ennemi et quelles étaient ses intentions. Le spectre continua son discours, ne quittant pas le Héros du Temps des yeux.

« Son objectif était de régner sur le passé et sur le futur en même temps. C’est pourquoi, une fois réglé le problème ici, il voulait forcer le passage vers l’autre monde pour recommencer une invasion. »

Il s’arrêta un instant guettant leurs réactions. Link écoutait, écœuré.

« Quand il a reconnu la princesse sous les traits de Sheik, mon maître a baissé sa garde et vous a laissé aux bons soins des Gerudos. Cette confiance aveugle dans les capacités de ses guerrières a été sa plus grosse erreur.

– Ce n’était pas la seule.

– Tu as raison. Ganondorf a également sous-estimé votre capacité de résistance. Voyant que vous étiez en train de prendre le dessus sur son armée, il a emmené Zelda dans son château. Ses chances de vaincre dans un combat contre les deux héros réunis étaient minces. Mais…

– Continue.

– Il connaissait le point faible de l’un d’entre eux. »

Le spectre se tourna vers Link et lui adressa cette question avec un sourire méprisant :

« Dis-moi, le chevalier au grand cœur, n’aurais-tu pas insisté pour ramener ta petite amie avant de venir ici ? »

Link blêmit. Une fois de plus, il avait agi exactement de la façon dont l’avait prévu son ennemi et se reprocha d’avoir été aussi stupide.

« Je vois que tu as l’esprit vif et que tu comprends. Ganondorf t’aura manipulé jusqu’au bout.

–  Ne t’arrête pas, intervint le Héros du Temps.

–  Se rendant compte que la Triforce était sur le point de lui échapper, mon maître a décidé de quitter cette époque avec un peu d’avance. Avant de partir, il m’a convoqué et m’a donné son apparence pour que je vous accueille.

–  Dans quel but ?

–  Il savait que vous parviendriez à me battre. Je devais juste me contenter de vous amocher un peu plus. J’y suis arrivé avec au moins l’un d’entre vous. »

Il tourna la tête dans la direction du jeune homme blessé et se mit à rire bruyamment, très content de lui. Link avait du mal à supporter ce ricanement qui tambourinait dans sa tête. Le spectre reprit alors son sérieux pour ajouter :

« À cette heure, le Seigneur des Ténèbres est dans ton monde. Il ne tardera pas à remettre la main sur ta chérie. Et tu sais ce qui lui arrivera ! Si tu veux la revoir en vie, tu as intérêt à rentrer très vite chez toi. Elle est seule. Tu n’es plus là pour la protéger. »

Voyant sur le visage du jeune homme que ses paroles avaient atteint leur but, il disparut dans un nuage de fumée. Link n’en menait pas large. L’image d’Iria quittant la clairière sur le dos d’Epona lui revint en mémoire. Elle devait traverser la forêt de Firone et la plaine d’Hyrule avant d’atteindre la citadelle où tout danger serait écarté.

La princesse tentait de retirer la botte du jeune homme pour examiner sa blessure, mais celui-ci ne voulait pas se laisser faire. Il désirait repartir directement dans son monde, tant son inquiétude pour son amie était grande.

Le jeune homme repoussa les mains secourables et tenta de se lever. Il y parvint aux prix de nombreux efforts douloureux, mais ne put faire deux pas avant de s’effondrer à nouveau.

Le Héros du Temps s’approcha pour l’empêcher de se remettre debout. Il lui parla doucement pour l’apaiser.

« Calme-toi ! Iria ne risque rien. Ne le laisse pas te manipuler, tu es plus fort que lui. Ganondorf ne connaît pas ton monde comme ton amie. Elle sera en mesure de s’échapper. Pour l’instant, tu as besoin de soins. Tu n’iras pas bien loin comme ça. Laisse la princesse s’occuper de ta cheville. Pendant ce temps, je vais rassembler quelques affaires. Nous t’accompagnons ! »

Le Héros du Temps savait que Zelda refuserait de les laisser partir sans elle. Link, quant à lui, dut se rendre à l’évidence. Il ne pouvait pas partir à la poursuite de Ganondorf avec sa cheville et son épaule dans cet état. Le jeune homme les remercia tous deux et se laissa faire.

Zelda commença par retirer sa botte pour examiner sa cheville. Elle appliqua ses mains sur celle-ci et se concentra. Une énergie sembla quitter son corps pour pénétrer dans le pied. Épuisé par le combat et la douleur, Link ferma les yeux et sombra dans l’inconscience.

À son réveil, le jeune homme était seul et son pied était recouvert d’un bandage serré. Il ne sentait presque plus la douleur. La princesse avait profité de son évanouissement pour s’occuper également de son épaule dont la plaie s’était refermée. Un immense soulagement et une grande reconnaissance l’envahirent aussitôt.

Link se leva et essaya de marcher. Boitant légèrement, il s’approcha de son arme et la sortit de son fourreau. Son but était de s’assurer que son bras pouvait de nouveau supporter le poids de la lame et la manier sans douleur.

Zelda entra dans la pièce. Elle avait profité du sommeil du blessé pour se changer et avait repris son apparence masculine. Sheik était de retour.

« Alors, comment te sens-tu ?

–  Bien mieux, merci. Ma blessure à l’épaule est complètement guérie. Comment as-tu fait ?

–  Je suis de sang royal et possède un don de guérison. J’aurais pu t’éviter des souffrances en te soignant plus tôt, mais je ne pouvais me permettre de prendre le risque d’être découverte. Utiliser mes pouvoirs était un acte trop dangereux. J’en suis désolée.

–  Je comprends.

–  Ton épaule ne te causera plus de soucis. Par contre, ta cheville reste encore fragile.

–  Je ferais attention. Grâce à toi, je vais pouvoir rattraper Ganondorf et lui faire payer tout ce qu’il m’a fait. »

Le Héros du Temps arriva à son tour.

« NOUS lui ferons payer. »

Link regarda son ami et acquiesça. Il ne lui serait même pas venu à l’idée de le dissuader de l’accompagner, comprenant parfaitement son désir de participer. Le jeune homme était également conscient qu’ils ne seraient pas trop de deux pour empêcher Ganondorf de semer le désordre dans le royaume.

« Tu vas pouvoir marcher, lui demanda le Héros du Temps, observant son pied bandé.

–  Je pense que ça ira.

–  Dans ce cas, n’attendons pas plus longtemps. Il est temps de se mettre en route. »

Ils rassemblèrent leurs affaires et partirent en direction du Temple du Temps. Le château était toujours aussi désert et silencieux. Ganondorf n’avait toujours pas été vaincu et son pourvoir continuait de maintenir sa construction en place. Le trio regagna la citadelle tout doucement, car Link ne devait pas trop forcer sur son pied. En effet, le jeune boitait toujours.

Sheik lui proposa de lui trouver un cheval, mais le jeune homme refusa prétextant que sa cheville devait juste se dérouiller un peu. La douleur avait quelque peu augmenté, mais il le cacha de peur que ses amis l’obligent à différer encore leur départ. Ils traversèrent la cité vide de tous ses habitants, pour se rendre dans le Sanctuaire. L’Épée de Link y était toujours plantée.

Articles similaires :

Ajoutez un commentaire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.